Mon Cher Tout Petit

Je viens de terminer « Vous n’aurez pas ma haine« , qui décrit l’horreur sans nom qui a eu lieu en novembre dernier. Ce livre m’a remuée…

Ce matin-là quand je me suis réveillée tu n’avais que 8 mois – maintenant tu en as presque le double ; tu me regardais, avec ton air beau, serein et innocent, en buvant ton biberon niché dans mes bras, tu nous scrutais moi et mes yeux mouillés. Je me suis demandée s’il était légitime de t’avoir amené à la vie dans un tel univers. J’ai eu peur  – pour toi, pour moi, pour nous 3…Pour notre avenir. J’ai pensé que ça aurait pu m’arriver, nous arriver à nous aussi…De lire ce livre a rouvert ces plaies qui sont tellement minimes comparées à l’immense chagrin qu’éprouvent encore actuellement les blessés, les familles des rescapés…Ces plaies qui seront toujours là à vif et avec lesquelles ils vivent tous les jours. Certes la cicatrice se fait plus belle, plus fine, plus invisible, mais parfois la douleur revient, et à l’intérieur ça bouillonne…

Tout cela nous fait prendre conscience de la futilité de certaines choses, de la fragilité de la vie…alors en ces instants je m’aperçois que je ne peux plus vivre sans toi…Tu es ma drogue, même si c’est complètement bateau..Moi qui, enceinte, avais douté t’aimer, moi qui avais douté en ma capacité à être mère…Je ne sais pas qui je suis, mais tu es mon bébé que j’aime…

Tu es mon véritable soleil depuis un an, tu es ma drogue dure, j’ai besoin de toi, de te voir, de t’entendre, de constater tes progrès, d’assister à tes découvertes, de t’accompagner au quotidien…Est-ce normal, d’être amoureuse de son bébé ? Je suis toi – ton petit corps lové dans le mien, parfois, semble juste à sa place, comme avant, dans le ventre. Certes, tu grandis, mais tu reviens toujours te planter dans mon coeur, sur ma poitrine…Tes douleurs sont miennes, tes pleurs me vrillent le coeur, tes joies sont miennes, tes fiertés sont mes fiertés, tes premiers mots sont les miens. Je revis mon enfance à travers ton petit corps innocent et neuf.  J’ai vraiment conscience de la banalité de mes mots et de mes sentiments, mais je crois qu’on ne comprend pas l’amour immense qui nous porte tant qu’on ne l’a pas expérimenté…Je ferai réellement tout pour toi, mon bébé, je disparaîtrais pour toi…J’aurais à nouveau une césarienne pour toi, s’il le fallait 😀

Je ne savais plus qui j’étais lorsque je t’ai mis au monde – maintenant je sais qu’une chose s’est ancrée à moi, est devenue mon ADN – je suis ta Maman qui t’aime.

Publicités

Un avis ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s